Partagez | 
 

 Akito E. Nabeshima|| Et si magie rimait avec whisky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



MessageSujet: Akito E. Nabeshima|| Et si magie rimait avec whisky    Ven 20 Fév - 13:36

« Une petite citation à toi ? »

   
« QUI EST-CE ? »
♦♦ NOM :: Nabeshima
   ♦♦ PRÉNOM :: Akito Eikichi
   ♦♦ ESPÈCE :: Mage
   ♦♦ AGE :: 23 ans.
   ♦♦ DATE DE NAISSANCE :: 15 Juillet 1991
   ♦♦ ORIENTATION SEXUELLE :: Hétérosexuel.
   ♦♦ LOGEMENT :: 2ème immeuble, 5 ème étages, appartement 21.  


   
« DERRIÈRE L'ORDI ! »

   ♦♦ AGE :: 22 ans.
   ♦♦ OU TU AS CONNUS LE FOFOW ? :: Je suis le DC de James.
   ♦♦ DES COMMENTAIRES ? :: Gwendolyn et Hayden sont so belle. *w*
   ♦♦ FEAT :: Glutamine Nico Nico Douga
   

   
« HISTOIRE. »
Hey, bonjour, toi qui lis ses mots. Moi, tu vois, c'est Akito, Akito Nabeshima. Oh ça fait trop James Bond, j'adore, enfin bref. À l'heure où je vous parle, je flâne dans mon appartement, une bouteille d'alcool pas loin. Je ne suis pas tout seul, il y a un mec sur le sol, je crois qu'il bave sur mon tapis... Enfin, je suis hétérosexuel hein, ce n'est pas mon mec, c'est mon colocataire. Son nom Satoshi, je crois, enfin pas sur... Je pense que vous êtes venu pour me demander de raconter ma vie ? Mais c'est trop bien, parce que j'adore la raconter. ~

Il était une fois, dans une maternité, NON JE DECONNE. C'est chiant l'enfance en plus tout le monde né pareil. Petit, rose, tout moche et crade. Oui, en fait Satoshi, c'est un bébé. Bon donc bah par où commencer ? Hum, je ne sais pas sincèrement. Bon attend, je bois un coup. Ah... Ça va mieux. Donc bah, je peux te parler de ma vie à partir de mes dix ans, avant y a rien de bien spécial. J'étais un gamin modèle, j'obéissais à mes parents, je faisais l'andouille, mais sans plus. Je n'avais pas des notes glorieuses, simplement suffisantes pour ne pas passer pour le dernier des fainéants. Il faut dire que Nobusuke, mon père et Kyu ma mère veillaient au grain. J'aurais pu m'en étonner, mais quand on voyait leur métier ça n'avait rien de déconcertant justement. Avec un père professeur de boxe Wing Chun et une mère avocate, j'avais intérêt à être plus que correcte. Je n'étais pas irréprochable, mais ils n'ont jamais reçu d'appel au fil de ma jeunesse, provenant des diverses écoles. Je ne cherchais pas les autres, je travaillais s'il fallait, je rigolais, je jouais, mais je ne m'amusais pas à chercher la cogne. En plus regardez-moi, je ne suis pas une montagne de muscle ambulante. Oui, oui pardon ma vie. Calme, on a tout notre temps oh. Donc oui que ce soit en maternelle, en primaire ou dans l'enseignement secondaire, je n'avais pas vraiment d'ennui. Du moins de ce que je me rappelle. Comme tous les « jeunes » je me suis amusé à essayer ce qu'on me proposait. Faire le timbré en moto et finir la tronche dans une vitrine à 17 ans ? Je l'ai fait. Boire comme un trou et vomir chez moi ? Aussi. Sans oublier la drogue. Je ne vous cache pas que ces trois tests m'ont valu la même sentence, une rouste de la part de mon père et une privation de sortie sans sommation. Je ne dis pas que je ne l'avais pas cherché hein, mais je voulais moi aussi braver les interdits. J'aurais pu me confronter à mon cher paternel, mais même si je le dépassais déjà en taille, du haut de mes 17 ans, il n'y avait pas photo, il me mettait une taule directe. Il ne levait jamais la main sur moi et heureusement, car j'aurais morflé sans rien pouvoir faire. En un sens, j'étais fier d'avoir comme un père un homme aussi fort. Oui, il ne payait pas de mine avec son crâne dégarni, son air de faux parrain mafieux, mais croyez-moi sur un tatami, il était impressionnant.

Pour en revenir à mon existence, bah, je dirais qu'a la fin l'enseignement secondaire, j'avais deux choix qui s'offraient à moi : sois devenir avocat comme ma maman ou trouver une voie, plus pour moi. J'avais passé mon secondaire à y réfléchir et quand enfin, je dus prendre une décision, cette dernière étonna mes parents au plus haut point. Leur fiston qui avait l'air paumé dans sa vie voulait devenir styliste. Après tout, j'avais toujours eu une imagination débordante, je n'hésitais pas à recoudre mes chaussettes et autres fringues moi-même. Bon, au début c'était ma mère qui s'en était chargé pour éviter le massacre, mais après avoir vu et surtout eu une explication des plus efficaces j'avais su le faire seul. Pour la première fois de ma vie, en voyant leur visage face à tous ces croquis qui parsemaient, je ne sais combien de cahiers, je savais que je les rendais fiers, ou du moins que je ne les devais pas. Je n'avais pas la condition physique pour succéder à mon père dans son dojo, quant à apprendre le droit, au vu de ma tronche quand ma mère expliquait, la réponse tait simple. Ce fut donc à partir de ma dix-huitième année que j'entamais cette école de stylisme. Ma mère avait peut-être joué de ses relations pour m'avoir une place, mais sincèrement, je la méritais.

Malgré tout, je devais avouer ce qu'elle m'avait permis, j'allais la blesser durement avec mon don. Je l'avais découvert quand mes parents avaient eu l'envie de voyager et qu'il m'avait laissé la main peu avant le début de mes grandes études. Un petit truc tout con hein, pas le long ne voyage de la viiiiiiiiiiiiie, bref. Je jouais dans leur chambre quand après avoir grimacé et eu une putain de douleur dans tout le corps, d'un geste, j'ai recouvert la pièce de glace. Pas juste, un vieux truc mode freezer du sous-sol, non y avait un bon 15cm de glace partout. J'ai halluciné sauf que ce que je ne savais pas, c'est que cela allait meurtrir ma mère à vie. Quand elle revenait de voyage, reprenant ses lentilles au lieu de ses lunettes, elle se mettait à crier. La glace infime qui avait élu domicile sur les lentilles avait atteint son œil et l'avait rendu aveugle. Par ma faute, sans que je puisse expliquer quoi que ce soit, j'avais condamné ma mère. Elle ne pouvait pas m'en blâmer, alors comme châtiment, je leur promettais des notes exemplaires. À chaque vacance, je revenais même pour m'occuper d'elle et permettre à mon père de respirer un peu et de se reposer. Je devais aller dans cette école coûte que coûte et les rendre fiers. Elle avait perdu son travail, alors je devais apporter de quoi racheter mon erreur.

J'étais donc dans la célèbre école de stylisme de Tokyo quoi ! La non moins célèbre ESMOD. Une école qui possédait des branches partout dans le monde. Que ce soit à Osaka au japon, comme en France dans la ville lumière qu'est paris. Rien que savoir cela, j'en avais des toiles dans les yeux. Je ne dis pas que les premières années furent simples, mais finalement à mes 24 ans, je sortais avec un sacré diplôme. Tout au long de mes études supérieures, j'avais appris également à me servir de la glace, à la façonner, à en faire un prolongement de moi-même en fait. Ce ne fut pas fructueux au départ, mais j'y arrivais mieux que personne. Le premier et seul mage de ma famille. J'étais maintenant définitivement un styliste. Bon, c'est sûr que je n'avais pas encore la célébrité qu'on maintenant des mecs comme Lagerfeld, mais bon. Enfin, je vous cite lui, mais il en existe des tonnes. Ah, j'ai zappé un truc, comme pas mal d'être surhumain, j'ai décidé après une longue discussion avec mon tuteur de venir sur Eden . Accueillait bientôt le plus alcoolique des mages héhé!



   
« CARACTÈRE. »
Bon bah, vous voulez savoir quoi d'autre ? Mon caractère oh cool ~ Je vais vous le faire à ma façon vous allez voir haha.

Vodka. On me dit vif comme l'éclair et je ne peux pas contredire les gens. Même si j'ai parfois des moments de fainéantise comme actuellement, je suis quelqu'un de très actif. Je suis plein d'énergie et bien souvent, je le partage avec mon entourage. Je sais que pendant mes grandes études, pas mal de mes camarades m'appelaient la flèche ou encore flash Gordon pour m'embêter. Qui finissait les croquis avant ses camarades et se faisait souvent rouspéter ? Moi 8D. En un sens, cela n'est pas plus ma car si je tombe sur une femme qui aime s'amuser, sortir et rigoler, elle sera servie avec moi. Tu veux faire la fête, te marrer toute la soirée, appelle-moi et sort tes OCB~

Tequila. Tendre comme un gros nounours, je ne refuserais jamais de vous faire un câlin. Tu veux être à l'abri des bras d'un grand boulet styliste et adorable ? Bah demande à tonton Akito y va-t'en faire sans problème. On m'a déjà dit que je pourrais avoir des gosses tellement je m'énerve peu. Pas que je sois amorphe, mais je ne vois pas l'intérêt de piquer ma crise. Le dire calmement à plus d'effet. J'ai remarqué que quand les gens crient, je reste sur un ton calme et ils baissent de volume tout seul. Magique non ?

Gin. Je croise un sans domicile fixe dans la rue ? Je lui donne une pièce. On me paye un restaurant, le serveur déchire, et aller un pour boire. Je ne croule pas sous l'or, mais je sais que donner un peu ne fait pas de mal. En plus si ça peut faire plaisir, je n'hésite pas. N'abusez quand même pas, je ne vais pas me ruiner pour vous. Simplement, si quelqu'un n'a pas genre une centaine de yens et que je l'apprécie énormément, je lui filerais gentiment. Si tu n'as pas le cœur dans la main comme disait ma mère, alors tu n'auras pas de satisfaction personnelle.

Bière. Bavard comme pas deux, je peux passer ma vie à parler de tout et de rien avec des tonnes de gens. Depuis mon jeune âge, ce fut mon plus grand défaut. Alors, en vieillissant, on ne peut pas dire que cela ait vraiment changé. Bon après, cela a des avantages, vu que je trouve toujours un sujet de discussion dans les fêtes. Avec moi, jamais de blanc, pas de mot bas, on papote, on sourit et on rigole. Je peux blablater de politique, de jeux vidéo, de sport, de fringue enfin cela est normal et même de sexe. Bon pour le dernier sujet, je ne suis pas un grand expert, alors allez y mollo hein.

Pisang. La plupart des gens qui me connaissent, me trouvent passionné. Quand quelque chose me tient à cœur, je suis capable d'y passer des jours et des jours jusqu'à ce que le résultat me plaise. On peut aussi dire du coup que je suis quelqu'un de perfectionniste. Je n'ai pas passé des années à étudier les patrons de stylisme, les couleurs, les nuances et j'en passe pour faire un travail qui ne soit pas la hauteur des études. Je ne compte plus le nombre de personnes soit dit en passant, qui me demande de l'aide pour leur cosplay. Je ne suis pas votre couturier personnel les gens, je sais que ça me passionne comme la musique pour un rockeur ou les tableaux pour un peinture, mais quand même... Je devrais demander de l'argent en retour... Oui, non ça servirait à rien, je ne le prendrais pas au final.

Martini. Même si j'ai l'air d'être bourré de qualité, ma maladresse n'est vraiment pas une bonne chose. Je ne compte pas le nombre de fois où j'ai renversé mon verre sur une fille, bousculé et fait tomber quelqu'un, massacré un dessin et que sais-je encore. C'est un peu comme si mes mains étaient devenues du gruyère l'espace d'un instant. Sauf que hélas, cela peut durer des soirées entières comme quelque minute. Personne ne contrôle sa maladresse, mais je crois être le champion pour cela. Vous en connaissez-vous des hommes qui éternuent au visage de la fille qu'il aime au moment où cette dernière passe le pas en voyant l'embrasser ? Bah oui et ce jour-là, je me suis récolté une claque magistrale devant pas mal de personnes. Oui, cela me mène à ma perte aussi.

Daiquiri. Quand bien même je suis quelqu'un qui aime le travail bien fait, je ne suis pas du genre à vivre dans l'ordre. Et oui, ce cher Akito qui est en face de vous, est un grand bordélique. Je ne sais combien de fois j'ai cherché une de mes chaussettes, un boxer ou même mes clefs dans tout l'appartement. Le pire dans tout ça, c'est que bien souvent quand on cherche une chose, soit on l'a déjà dans la main, la poche, soit elle est devant votre nez depuis le départ. Frustrant non ? Moi cela ne me frustre pas trop, je me sens surtout le roi des idiots dans ces cas-là. Parce que voilà perdre ses clefs, c'est une chose, mais quand elles sont avec votre portable dans la veste que vous portez cela le fait moins d'un coup.

Absinthe. Si j'oublie la raison première de cette façon de me décrire cela ne va pas aller. Je suis un alcoolique et je ne le cache pas. Certains boivent du chocolat au petit déjeuné est bien moi il s'agit de mon ami Jack Daniels. Oui, oui dès le matin, c'est un peu comme un réveil plutôt amer, mais corsé voyez ? Je sais bien qu'à mon âge, je vais vraisemblablement un jour y succomber. Peut-être que ma femme me soutiendra ou au contraire me fera arrêter. Autant pour la première solution ça ira, mais la seconde, je lui souhaite bien du courage. Plus sérieusement, ce n'est pas une vie pour moi, je sais qu'un jour si je continue dans ma lancée mon foie y passera. Je verrais bien ce que l'avenir me réserver pour cela.



   
« PHYSIQUE. »
Maintenant, il doit me rester ce que vous appelez le physique, bon bah, je vais faire assez simple hein, j'ai ma bouteille à finir et une sieste de 15 heures à faire. Je mesure respectivement un mètre quatre-vingt-sept pour un poids de 77 kilos. Je ne sais pas si c'est l'alcool ou la bouffe qui ont fait ça, mais j'ai pris du poids, donc disons 80 tout mouillé. Mes tifs, enfin mes cheveux sont de base châtains clairs, mais j'ai décidé sur un coup de folie à la fin de mes études de les teindre. Ils sont donc dans un ton entre le rouge pourpre et le châtain et mi-long. Quant à mes iris, ils sont tout naturellement noisette. Oui, c'est banal, mais j'y peux rien. Ah ne vous étonnez pas de ma couleur d'yeux, il parait que j'ai des étrangers dans mon arbre généalogique. Après qu'elle origine, j'en sais rien. Ivrogne, je pense en tout cas. Mon visage est assez fin et mon teint plus rosé qu'un Asiatique de base. Au point de me faire passer plus souvent, pour un intrus d'un autre univers, que pour un être humain. Mes lèvres sont assez fines, mais c'est bien mon sourire à la pub Colgate qu'on remarque. Bah oui, étant donné que je passe mon temps à sourire, on ne voit que lui. Pour le reste de mon visage pas grand-chose d'étonnant. Un petit nez, un menton pas trop avancé et des oreilles cachées par mes cheveux. Ah si ! Mes oreilles vu que j'en parle, elles sont percées. La gauche de quatre anneaux, tout le long du cartilage et la droite de deux anneaux sur le haut de l'oreille et d'un troisième sur le lobe. Pas de tatouage en vue, par contre des fois, je m'amuse à me mettre de la peinture sur le visage pour me dessiner un masque. Non, ça ne me fait pas du tout passer pour le roi des cinglés, ce n'est pas vrai.

Pour le reste de mon corps, on ne peut pas dire que cela soit compliqué. Déjà, étant donné que je ne fais pas beaucoup de sport, j'ai quelque muscles, mais sans plus. Je suis grand et j'ai quand même un peu de graisses, mais cela ne fait pas de moi une armure à glace. Quand on regarde mes mains, on remarque que primo elles sont vachement grandes et que secundo, je porte des bagues. Oui, je n'ai pas honte en plus des fois quand il me prend l'idée de coudre, celle de mon pouce gauche me sert de dés. Multifonction le Akito vous avez vu ? Pour faire le rapide listing, j'en possède deux simples en acier à l'annulaire et index droit et une plus épaisse en argent sur le pouce. Sur mes mains, on peut également voir comme sur mes bras, une partie du cou si on est observateur, des brûlures. Elles ont été faites par le froid mon pouvoir. Une brûlure plus indélébile que celle de la chaleur croyez-moi. Bon, bon, bon, il me reste quoi ? Ah oui, mes fringues. Bon déjà comme vous avez pu le remarquer, je porte plus souvent des jeans rapiécés et des longs sweats qu'un costume. Je ne dis pas que je n'en possède pas, car il est au placard, mais je préfère être décontracté. En plus, comme dit si poétiquement ce cher Satoshi « Il vaut mieux vomir sur un pull de troisième démarque que sur un costume italien » et je ne peux pas le contredire. En plus, ça me coute beaucoup moins cher et je ne suis pas obligé d'aller au pressing. Au pied, j'ai toujours de vieilles converses ou mes mocassins. Bah quoi ça gère les mocassins. Hum, est-ce que j'ai oublié un truc ? Peut-être. Ma voix, oui, je n'ai pas parlé de ma voix. Autant, toi, tu l'entends autant les autres non. Oui, je te tutoie, j'ai la flemme au final. Ma voix est assez calme et mezzo. Bon sauf quand je fais Dark Vador aux toilettes, mais passons. Bon bah voilà, tu as eu ce que tu voulais maintenant oust... J'ai une longue sieste à finir.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Co-Fonda' || Attention, ça mord !




MessageSujet: Re: Akito E. Nabeshima|| Et si magie rimait avec whisky    Ven 20 Fév - 13:46

Fiche validé ! (Oui je deviens Schizophrène. )

Un style d'écriture aussi magnifique que son propriétaire...non je déconne je vais pas me jeter des fleurs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Akito E. Nabeshima|| Et si magie rimait avec whisky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Si la liberté rimait avec amusement
» Sans magie pour se défendre.
» Magie pratique au quotidien
» [Rp Entrainement] Comment on soigne avec une balle.... facile elle est magique
» Quand mon mec joue avec la magie noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Where can you see a stereotype ? :: Le premier pas || Administration. :: Validées-